Industrie 4.0

Grâce aux objets connectés entre eux, l’industrie pourra créer des applications lui permettant de nombreuses économies. Selon une étude du cabinet McKinsey & Company, l’industrie investira entre 4 et 11 milliards de dollars dans l’Internet des Objets (IoT) d’ici 2025 : c’est le début de l’industrie 4.0, ou IIoT.

L’Internet des objets est une vraie révolution, que ce soit dans la vie de tous les jours ou en situation professionnelle. Appliqué au secteur industriel, l’IoT permettra d’optimiser le processus logistique des entreprises ou encore d’optimiser la consommation d’énergie afin de réduire les coûts et les risques.

Grâce à un  beacon munis de capteurs déposé sur un emballage ou dans un camion, nous serons en mesure de tracer les déplacements des objets et d’analyser s’ils ont subis des chocs ou des températures extrêmes.

La maintenance prédictive au coeur de l’industrie 4.0

L’une des applications les plus développée de l’industrie 4.0 est la maintenance prédictive. Ce terme désigne la capacité de prévoir et d’anticiper les pannes ou toutes autres défaillances grâce à l’Internet des Objets.

 

A l’aide de capteurs disposés sur les équipements, les entreprises seront en mesure de réviser ces équipements dans leurs conditions réelles d’utilisation. En analysant les données récoltées par ces capteurs, les équipes de maintenance pourront déterminer les facteurs de probabilité d’un défaut, prévoir les pannes ou encore prévoir l’entretien des machines. Cela permet de ne mobiliser les équipes de maintenance que lorsque l’intervention est nécessaire, et donc de réduire les coûts liés à la maintenance.

Des acteurs tels que la SCNF vont déployer des millions de capteurs et objets connectés dans leurs infrastructures et trains pour collecter des données en temps réel. Ainsi, l’entreprise sera en mesure de prévenir les pannes ou l’usure de ces infrastructures et de diminuer les incidents techniques.
Cela permettra également de diminuer les coûts de maintenance sur le long terme puisque les équipes n’interviendront que sur des équipements réellement à réparer et en amont de conséquences coûteuses.

 

Cet investissement de 450 millions d’euros devrait augmenter la productivité de la SNCF de 10 points.

961575390